COMMUNIQUÉ : Projet de loi 60 « La balle est dans le camp du PQ » -François Legault

Assemblée nationale du Québec

Projet de loi 60 

« La balle est dans le camp du PQ » -François Legault

(Québec, le 14 novembre 2013) Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, ainsi que la porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de culture, Nathalie Roy, ont demandé jeudi au gouvernement péquiste de faire place à l’ouverture et au dialogue dans le débat qui s’amorce sur le projet de loi 60, Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement. S’appuyant sur le consensus renouvelé du caucus de la Coalition Avenir Québec à la suite du dépôt du projet de loi 60, le chef de la Coalition Avenir Québec a également déclaré que son parti continuerait à promouvoir la position responsable et équilibrée de sa formation politique dans ce dossier.

« Nous appelons le gouvernement du Parti québécois à faire une démarche raisonnable, une démarche d’ouverture, une démarche consensuelle au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Cette question identitaire est tellement importante, qu’elle devrait aller bien au-delà des calculs électoraux ou partisans. Si René Lévesque et Robert Bourassa ont mené des combats difficiles pour faire du français la langue officielle du Québec, ce n’était pas d’abord par calcul partisan, c’était pour assurer la survie de la culture québécoise », a déclaré François Legault.

Il y a quelques semaines, la Coalition Avenir Québec a déposé son propre projet de loi pour une charte de la laïcité et François Legault a proposé à la première ministre de réunir les chefs de partis pour trouver un consensus. Cette demande est demeurée lettre morte.

« La balle est maintenant dans le camp du gouvernement péquiste. Nous sommes en accord sur l’encadrement des accommodements religieux. Nous sommes en accord sur le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes. Nous sommes en accord sur le respect du patrimoine québécois. Notre désaccord porte essentiellement sur l’interdiction du port de signes religieux ostentatoires chez les employés de l’État. Nous croyons que cette interdiction devrait s’appliquer aux employés de l’État en position d’autorité, parmi lesquels on inclut les juges, les procureurs de la couronne, les gardiens de prison, les policiers, ainsi que les directeurs d’école et les enseignants du primaire et du secondaire des réseaux publics de l’éducation. Il est possible pour Mme Marois d’adopter une grande partie de son projet de loi malgré le refus du Parti libéral de Phillippe Couillard de défendre l’identité québécois. C’est possible, à condition bien sûr, de vouloir choisir les intérêts du Québec avant ceux de son parti politique. Je rappelle à Madame Marois que son gouvernement est minoritaire et que la Coalition Avenir Québec détient la balance du pouvoir pour le sort de ce projet de loi important pour les intérêts supérieurs du Québec », a ajouté François Legault.

« Le ministre Drainville a beaucoup, beaucoup, beaucoup parlé. Mais est-il prêt à écouter? Je l’espère.  Parce qu’il reste beaucoup de question auxquelles il n’a pas répondu, notamment celles sur l’applicabilité et l’étendue de sa charte et sur les sanctions imposées aux fonctionnaires récalcitrants. Nous comptons évidemment sur les travaux du Parlement pour faire la lumière, mais surtout sur une plus grande transparence du gouvernement. Monsieur Legault l’a dit : nous entendons tendre la main, une main ouverte, mais ferme », a conclu Nathalie Roy.

Pour visionner le point de presse:

-30-

Source :
Guillaume Simard-Leduc
Attaché de presse
Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec
581-888-3946
gsleduc@assnat.qc.ca

Auteur : Nathalie Roy

Députée de Montarville à l'Assemblée nationale du Québec