Projet de loi 100 contre Uber: Nathalie Roy et la CAQ invitent les Montarvillois à soutenir l’innovation et l’économie de partage.

Photo Nathalie Roy PdP Assnat

Projet de loi 100 contre Uber: Nathalie Roy et la CAQ invitent les Montarvillois à soutenir l’innovation et l’économie de partage.

(BOUCHERVILLE, le 2 juin 2016) – La Coalition avenir Québec lance une campagne auprès des Québécois pour forcer le gouvernement libéral à revoir son projet de loi 100 sur l’industrie du taxi. La CAQ estime que le projet de loi du gouvernement vise à casser le modèle Uber et ceux qui s’en inspirent.

Au cours des prochains jours donc, tous sont invités à se rendre à l’adresse contrelaloi100.com afin de montrer leur appui envers l’innovation et l’économie de partage. Les commentaires et arguments de ceux qui appuient Uber pourraient être rapportés par leur député à l’Assemblée nationale lors de l’étude du projet de loi 100.
Que propose la CAQ pour mieux encadrer l’industrie du taxi?

La CAQ croit que c’est le consommateur qui doit être au centre de nos préoccupations. En d’autres mots, le client doit avoir le choix. C’est pourquoi nous proposons :

– Une cohabitation équitable entre les taxis et le covoiturage de type Uber;
– De maintenir les exclusivités du taxi : se faire héler, l’accès aux postes d’attente et aux voies réservées;
– D’ouvrir à une saine concurrence les transports rémunérés d’un point A au point B;
– Que tous paient la TPS/TVQ dès le premier dollar gagné.

La députée de Montarville reconnait la nécessité d’encadrer les entreprises comme Uber, mais elle ajoute : « On a ici un modèle qui incarne l’innovation et l’économie de partage. Et c’est dans cette direction qu’on doit aller; c’est dans cette direction que s’en va le monde!» Nathalie Roy craint qu’avec la loi 100, le gouvernement libéral envoie le mauvais signal aux entreprises innovantes (tel qu’Apple, Google, Tesla) ainsi qu’à celles qui souhaitent venir brasser des affaires chez nous. Elle conclut en rappelant que les
grands perdants seraient encore une fois les consommateurs, qui faute de concurrence efficace, feraient les frais des prix artificiellement élevés.

-30-

Source : Comité d’action local CAQ – Montarville
Alexandre Lahaie, attaché de presse
Tel : 450.912.0272
Courriel : alex1lahaie@hotmail.com